Site Internet

Ce site Internet nécessite l'installation du player Adobe Flash. Vous pouvez le télécharger en cliquant sur l'image ci-dessous :

Get Adobe Flash player

Philippe Gex

Philippe Gex est de la race des conquérants, Vigneron dans l’âme et le cœur, il a fait de son « domaine de La Pierre Latine » un des hauts-lieux du vignoble vaudois. Sa quête d’une expression absolue des terroirs se traduit dans des crus d’une pureté de style exemplaire, sans aucun point faible dans la gamme des cépages, et ce millésime après millésime. Des vins voluptueux, d’une veine épicurienne.

A quoi tient la singularité des vins de Philippe Gex ? Au terroir, mais encore à tous les paramètres qui déterminent la qualité des vins : encépagement, pratiques culturales, extrême rigueur dans les rendements, perfectionnement des vinifications en cuve ou sous amphore, des élevages sous bois.

Le Domaine

Bâti sur les coteaux en terrasse d’Yvorne

Constitué de huit parcelles réparties dans le périmètre de l’appellation communale, le « Domaine de La Pierre Latine » compte 6,5 hectares au total. Spectaculaire s’il en est, le vignoble d’Yvorne s’offre en beauté au regard du promeneur. La nature l’a doté d’une grande homogénéité. Appuyé aux contreforts des alpes vaudoises, il est entièrement exposé à l’ouest-sud-ouest, avec des pentes d’une déclivité pouvant atteindre 35 à 40%, propices au ruissellement des eaux de pluie et à un drainage naturel des terres. Bâti sur des coteaux en terrasses, le vignoble s’étage entre 410 et 600 m d’altitude. Son orientation favorise un ensoleillement généreux et le relief alpin le protège des courants froids.

La primauté du terroir

Il y a le travail, il y a l’intelligence des hommes. Mais le sol est le maître de tout. A Yvorne, c’est lui qui fait toute la force du lien et du vin. L’entier du vignoble repose sur un socle de calcaire alpin. Mais, au cours des âges, les érosions, les délitements, les effritements de la roche ont chamboulé la structure géologique du paysage. Jusqu’au dramatique éboulement de 1584 qui, descendu des hauteurs de Corbeyrier, détruisit tout le nord-est du village. S’ajoutant les uns aux autres, ces chambardements ont induit des types de sols, ici riches en alluvions, en sédiments, en terres d’éboulis, là en terres graveleuses, ailleurs encore à dominante argilo-calcaire, telles qu’en témoignent les différentes parcelles des vignes du « Domaine de La Pierre Latine ». Voilà une diversité qui enrichit la complexité des vins du cru et permet d’adopter le juste cépage pour chaque parcelle !

Le mariage intime du sol et du cépage

Au gré d’observations, d’analyses et de choix personnels, Philippe Gex a considérablement diversifié l’encépagement du domaine. Avec 55 % des surfaces, le Chasselas règne toutefois en maître. Nul plus que lui fait ressortir la bonne fortune des terroirs d’Yvorne. Et pourtant, pari pleinement gagné, le Pinot Noir (bourgogne, cortaillod, oberlin) a trouvé là le filon de calcaire qui l’impose noblement en puissance et en élégance. Rien n’est donné ! Ainsi, comment aurait-on pu deviner, avant d’en avoir fait l’expérience, que le Merlot, le Pinot Gris, le Riesling seraient capables de s’élever à de tels degrés de réussite en fonction des conditions de leurs implantations respectives ? La vigne ne livre ses secrets que dans le verre de vin du dégustateur. Réservées aux assemblages, les variétés rouges Gamaret et Diolinoir complètent judicieusement la gamme des cépages.

La conduite de la vigne

Il importe de dompter la vigueur excessive des vignes es adoptant un mode de taille donnant de modestes rendements, rigueur qui contribue du même coup à la haute tenue qualitative des vins. Ici les vignes sont sévèrement taillées, en gobelet ou en cordon royat pour le Chasselas et en guyot ou en mi- haute pour les autres cépages. Toujours dans le même esprit, une forte densité de plantation (12'500 pieds/hectare pour le Chasselas et 7'200 pieds/hectare pour les autres cépages) a également pour effet de limiter le volume de production en empêchant la vigne de proliférer et divaguer. Respectueuse de l’environnement, la viticulture est intégrée, bichonnée comme un travail de jardinier de grande maison.

L’art subtil de la vinification et de l’élevage

Tous les raisins sont vendangés à la main, puis triés. Ils sont vinifiés dans des cuves individuelles selon les cépages, les parcelles, le style du vin recherché.

Pour les vins blancs « Chasselas, Riesling, Pinot Gris) après éraflage, foulage et pressurage, on procède à un débourbage naturel à froid pendant une nuit. Les fermentations se déroulent en cuve inox. Le Pinot Gris est élevé en barrique avec bâtonnage des lies.

Pour les rouges, tout est égrappé et foulé. Suit une petite macération à froid pendant quelques jours. Puis, longues cuvaisons (en moyenne quatorze jours, fermentations à 28-290 C). Une partie du Pinot Noir (non barriquée) est vinifiée en cuve. L’autre partie du Pinot Noir, ainsi que la totalité des Merlot, Gamaret et Diolinoir sont logés en barriques de chêne français (neufs à 50 %) où les vins passent douze mois pour affinage lent et complet. La conduite des vinifications est classique, en privilégiant le pigeage du chapeau. Au terme de cet élevage (et après assemblage pour certaines cuvées), les vins sont mis en bouteilles après très légère filtration.

Le rosé est obtenu pour soutirage après quelques heures de cuvage.

Le Clos du Crosex Grillé – Aigle-Grand Cru

Un sacré pactole ! Sans remonter jusqu’à jules César, il faut savoir que, de 1892 à 1938, le « Crosex Grillé » est la propriété d’une famille apparentée à la dynastie des Churchill. En 1948, il devient le fief de la « Tribune de Lausanne » (Aujourd’hui « Le Matin »). Sous cette égide, il commence à se faire un nom parmi les connaisseurs. En 1990, le « Crosex Grillé » passe en main de la famille Tille, à aigle, qui doit s’en séparer quelque vingt ans plus tard.
Philippe Gex, et Bernard Cavé, amis de longue date, ont toujours rêvé de ce superbe domaine. Les deux compères savent que le « Crosex Grillé » possède tous les atouts pour conquérir la place glorieuse à laquelle il a droit. Sans peine, ils rallient à leurs convoitises quelques complices. En 2002, l’acte d’achat est conclu.

D’où vient la supériorité du « Clos du Crosex Grillé » ?

D’un seul tenant, les 25'000 m2 de ce vignoble s’entourent de murs qui le quadrillent, le délimitent et légitiment son nom de « Clos ». Épousant la croupe qui les profilent à l’horizon, les rangées superposées de ceps se développent dans le prolongement des coteaux d’Yvorne, aux confins ouest de la Commune d’Aigle. Les vignes regardent le plein sud. Dévorées de soleil, elles plantent leurs racines dans un sol profond, graveleux sur un substrat de calcaire du lias.

En possession de ce véritable sanctuaire de la vigne, Philippe Gex et Bernard Cavé le rénovent de font en comble. Il faut beaucoup investir pour que la qualité du terroir s’affirme pleinement. Construites entre 500 et 600 m d’altitude sur une pente de plus de 50 %, les terrasses imposent la culture au treuil et le remontage fréquent de la terre érodée. Délabrés, les murs sont relevés, la densité de plantation rigoureusement ordonnée à 10'000 pieds à l’hectare. Taillées en gobelet, en cordan royat ou en guyot, les vignes sont cultivées selon les règles de la production intégrée et offrent de faibles rendements. Se vouant corps et âme à la renaissance du vignoble, les deux hommes veillent à tout, à la sélection clonale, au choix des porte-greffes. L’encépagement est étendu à de nouvelles variétés. Outre le Chasselas qui s’exprime ici de façon souveraine, la Syrah s’y épanouit superbement.

Un style de vinification tout en finesse et distinction

Pour produire les grands crus du « Clos du Crosex Grillé », on vinifie séparément les raisins en fonction de leurs cépages et de leurs parcelles dans des cuves de faible volume. Les cuves traditionnelles en bois ou en inox ont toutes leurs avantages et leurs faiblesses. Les cuves en ciment ont leurs adeptes (le prestigieux Petrus est vinifié dans de petites cuves en béton). Bernard Cavé s’est-il inspiré de cette illustre réussite lorsqu’il jette son dévolu sur des cuves de béton en forme d’œuf, dites amphores ? Sans armatures métalliques, d’une hygiène parfaite, elles préservent le vin de toute altération possible au contact du métal. D’une capacité de sept cents litres, ces amphores ovoïdes favorisent une circulation naturelle des lies et la porosité du béton prévient les phénomènes de réduction. Adoptées pour partie des moûts de Chasselas, Pinot Gris et Riesling (Domaine de la Pierre Latine et Clos du Crosex Grillé), l’opération « amphores » se révèle largement positive. Les happy gew applaudissent, font l’éloge d’une expression jugée plus fidèle à la typicité du terroir, à la valorisation de ses propriétés minérales et à l’intensité du fruit.

En 2010, le Chasselas du « Clos du Crosex Grillé – Cuvée des Immortels », fait son entrée dans la prestigieuse collection « La Mémoire des vins suisses ». consécration qui confirme l’équilibre parfait, la sève, la grâce aérienne et la chair sensuelle de ce grand cru. La « Cuvée des Immortels » décline le Chasselas en deux versions (traditionnelle et « Amphore »), alors que la « Cuvé Excellentia » (pure Syrah) lui donne la réplique en rouge dans les accents d’une admirable suavité. Le goût des crus du « Clos du Crosex Grillé » est inspiré d’une haute idée du vin, d’un amour du grand art.

Vinothèque

Rosé Larmes de joie

Les délicates effluves parfumées mises en valeur dans une robe d’un rose saumoné lumineux, apporte à ce rosé fraîcheur et vivacité.
Accords gastronomiques : vin d’apéritif, estival, s’accorde parfaitement avec du melon et du jambon de Parme.

Pinot Noir – Clos de Plannavy – AOC Grand cru

Nez typé, fruits rouges, griottes belle expression du pinot.
Couleur rubis assez claire, attaque souple, chatoyante, finale soyeuse. Fruité magnifique, fait plus dans l’élégance que dans la puissance.

Rouge de Rouges – AOC Grand cru

Assemblage de cépages Gamaret, Diolinoir, Merlot, Pinot Noir.
Robe lumineuse aux reflets pourpres, très dense.
Au nez, il associe le cassis, les baies sauvages à des notes végétales, évoquant la menthe et le sureau, avec une touche poivrée et légèrement animale.
Bouche ample sur des tanins enrobés dans une ambiance empyreumatique.

« Mythologie » Pinot Noir AOC Yvorne 2008

Robe rubis cerise, brillante et intense.
Disque bleuté.
Nez épanoui, aux notes grillées-toastées et au boisé perceptible, rehaussées d’un fruité épanoui aux arômes de petits fruits noirs (cassis, mûres sauvages).
Bouche racée et pleine à la texture grasse soutenue par de beaux tanins mûrs.
Un Pinot élevé en barriques neuves et de 2 vins.
Finale élégante et longue.
L’ouvrir une heure avant.

Riesling – AOC Grand cru

Robe jaune clair très lumineuse.
Nez exprimant d’intenses parfums d’écorce de citron, d’acacia et de fruits exotiques, ainsi qu’une note de coing.
Bouche grasse et légèrement dominée par l’acidité, s’ouvrant sur une palette aromatique fruitée (coing, mangue).
Finale assez longue.
Un beau vin d’arôme à souhait, à boire dans sa jeunesse, pour profiter de la fraîcheur de ses arômes qui le rend friand !

Merlot – AOC

Jolie couleur rubis,
Arôme de baies des bois, soutenu par une belle vibration aromatique. Style Amarone.
Tannins épicés et savoureux.
Un vin de belle tenue dont on avait tord de se priver.

L’Yvorne, Chasselas AOC Grand Cru

Robe brillante aux reflets dorés.
Nez libérant des parfums de tilleul et de fruits blancs, belle expression du terroir d’Yvorne.
Bouche structurée, rectiligne et ample se développant avec fraîcheur sur une belle minéralité. Finale longue, fruitée accompagnée d’une note minérale.

Pinot Gris barrique, Yvorne – AOC Grand Cru

Robe paille soutenue aux reflets brillants. Larmes grasses et régulières.
Nez franc sur des notes de fruits confits, d’épice et de poivre, soutenue par une belle fraîcheur. Légèrement toasté, marrons grillés.
Bouche sèche, racée et fraîche, rappelant les saveurs perçue au nez.
Un Pinot Gris élevé et fermenté en barrique de deux vins, alliant une bouche gourmande à une fraîcheur soutenue.

Cuvée des Immortels, Clos du Crosex Grillé – 2009 – AOC

Chasselas.
Bouquet puissant, fin et expressif, belle expression typique d’Aigle.
Caractère à la fois minéral et d’un fruité aérien, le tout fort bien ciselé en grand vin du terroir.

Cuvée des Immortels, clos du Crosex Grillé

Chasselas Amphore – 2009 – AOC
Vinifié en Amphore.
Nez ample de fleurs blanche très ouvert exotique, aromatique, très minéral, belle puissance.

Cuvée Excellentia, Clos du Crosex Grillé – 2009 – AOC

L’Excellentia est composé uniquement de Syrah.
Note épicée, tanins tout en finesse, bonne puissance où le cépage donne sa pleine expression.
Couleur intense, fruits rouges.